ec427a042b2fe3475239feb5490ed

Le Centre LGBT Côte d’Azur et ses partenaires refusent une PMA à deux vitesses et demandent solennellement aux Parlementaires des Alpes-Maritimes de ne pas créer de discriminations entre les femmes et de ne pas stigmatiser les enfants de couples lesbiens

Communiqué de presse

24 janvier 2019

 

Le Sénat refuse de rembourser la PMA aux couples de femmes et veut créer une stigmatisation de leurs enfants en instaurant une filiation à part

Le Centre LGBT Côte d’Azur et ses partenaires refusent une PMA à deux vitesses et demandent solennellement aux Parlementaires des Alpes-Maritimes de ne pas créer de discriminations entre les femmes et de ne pas stigmatiser les enfants de couples lesbiens

 

Dans le cadre de l’examen du projet de loi bioéthique, le Sénat a voté mercredi soir l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes mais a également voté contre son remboursement aux couples de femmes et aux femmes seules. Le Sénat a également adopté ce jeudi soir un amendement visant à exclure les enfants de couples lesbiens du régime général de la filiation.

Alors que les autres articles du projet de loi seront encore en débat pendant deux semaines au Sénat et que l’Assemblée Nationale s’en saisira ensuite en deuxième lecture, le Centre LGBT Côte d’Azur et ses partenaires interpellent les Sénateurs, Sénatrices et Député-e-s des Alpes-Maritimes pour leur demander de rejeter la création d’une discrimination grave entre femmes, d’ouvrir la PMA à toutes les femmes sans restriction et de supprimer l’amendement qui, en plus de montrer du doigt les familles homoparentales, vient stigmatiser les enfants élevés par deux mamans.

Nous ne voulons pas d’une PMA à deux vitesses, low-cost et stigmatisante !

Le Centre LGBT Côte d’Azur, l’Association des Parents et Futurs Parents Gays et Lesbiens (APGL), les Enfants d’Arc en Ciel, SOS homophobie PACA ont constitué en octobre dernier le collectif « Nice et les Alpes-Maritimes veulent la PMA ouverte à tou-te-s ! ». Nos associations ont pu rencontrer depuis plusieurs parlementaires locaux pour les sensibiliser à nos revendications, à l’égalité entre toutes les femmes et à la pleine protection de tous les enfants.

>>Nos associations vont, dès les prochains jours et en préambule de la deuxième lecture à l’Assemblée Nationale, prendre et reprendre contact avec les Député-e-s des Alpes-Maritimes pour les convaincre de rétablir le remboursement de la PMA pour toutes les femmes sans distinction, de ne pas créer de rupture d’égalité entre les femmes, de préserver TOUS les enfants et d’aller plus loin dans le cadre du projet de loi bioéthique.

Nous revendiquons :

- L’accès à la PMA à tou-te-s. Toutes les personnes en âge de procréer doivent pouvoir avoir accès à la PMA avec donneur, sans distinction de leur situation conjugale, orientation sexuelle ou identité de genre

- La reconnaissance de la filiation de droit commun pour tous les couples faisant appel à la PMA pour protéger à égalité tous les enfants

- Le remboursement sans discrimination. Les lesbiennes et les femmes célibataires sont des citoyennes comme les autres et payent leurs cotisations. Les actes médicaux liés à la PMA doivent leur être remboursés à 100 %, comme pour les couples hétérosexuels.

-Permettre aux personnes trans, intersexes ou non-binaires en capacité de porter un enfant d’avoir accès à la PMA – Dans le cadre plus large du projet de loi bioéthique : faire se conformer la France au droit international pour que cessent les mutilations sur les enfants nés intersexe.

Droit à l’avortement, démocratisation de l’accès aux moyens de contraception, lutte pour l’égalité et contre les violences sexistes, protection de tous les enfants : nous nous situons résolument et avec fierté dans la lignée des grands combats pour l’émancipation des femmes et des hommes, et pour la justice sociale.