1012972-l1001881

Recrudescence des violences contre les LGBT : ne restez pas seul-e et réagissez !

Cet été et cette rentrée ont vu se multiplier partout en France les actes violents envers les personnes lesbiennes gays bi ou transgenres.  Ne fermons pas les yeux et ne restons pas silencieux ou silencieuses si nous en sommes victimes ou témoins ! Face à cette montée de la haine, le Centre LGBT Côte d’Azur est à votre écoute, se tient à votre disposition à Nice et dans les Alpes-Maritimes et est à même de vous accompagner. 

Plusieurs actes ont été recensés récemment :

A Arles, un jeune argentin a été poussé dans le Rhône après avoir embrassé un garçon.

A Lille, Nathanaël, 19 ans, a été violemment projeté à terre par deux individus.

A Poitiers, deux hommes ont cru mourir après avoir été tabassés, étranglés et traînés en direction d’une rivière.

A Toulouse, une jeune fille de 18 ans ne peut plus dormir sans faire de cauchemar et fait régulièrement des crises d’angoisse depuis qu’elle a été agressée sur une place du centre-ville, alors qu’elle venait d’embrasser sa petite-amie.

A Compiègne, deux hommes ont été condamnés à six ans de prison ferme pour avoir ligoté et abandonné un homosexuel en forêt.

A Bordeaux, Damien a reçu trois coups de poings devant une discothèque gay.

Deux jeunes hébergés par Le Refuge ont été pris à partie et insultés à Marseille.

Et ce déferlement de haine ne s’abat pas que sur les personnes LGBT+. Alors qu’il sortait, lui aussi, d’une boîte de nuit gay à Lyon, un hétérosexuel a été tabassé par des agresseurs qui le pensaient homosexuel.

DmFiGltW0AAM9s0Ce week-end dernier, un couple de lesbiennes a été aspergé de javel et de peinture noire à la braderie de Lille. Dans la nuit du samedi au dimanche 2 septembre, deux hommes ont également été victimes d’une agression homophobe, à Nantes cette fois : « Fin de nuit aux urgences – trois points de sutures. L’égalité est un combat de tous les jours », a tweeté l’un deux, postant une photo de son compagnon, l’arcade sourcilière ouverte (photo).

UnknownEt puis à Paris, récemment, le pire a été commis : Vanessa Campos (photo), travailleuse du sexe transgenre, a été tuée alors qu’elle défendait un client face à un groupe de voleurs. Le tout dans un climat de terreur quotidien pour ces femmes, qui alertaient les forces de l’ordre depuis trois ans à propos de ces hommes, et qui vont désormais travailler au bois de Boulogne la peur au ventre.

Et nous citerons pêle-mêle les déclarations d’élus, d’organisations politiques ou de dignitaires religieux tendant à donner crédit à l’homophobie, et les diverses dégradations commises sur des locaux associatifs. 

>>Ne fermez pas les yeux si vous êtes témoins d’actes violents contre les personnes LGBT et, si vous en êtes, victimes, ne gardez pas le silence car la loi est de votre côté !

>>A Nice et dans les Alpes-Maritimes, si vous êtes témoins ou victimes de tels actes, manifestez vous auprès du Centre LGBT Côte d’Azur (contact@centrelgbt06.fr ou bien 09 81 93 14 82 ou directement au 123 rue de Roquebillière, à Nice). Des professionnel-le-s et des bénévoles formé-e-s sauront vous accueillir, vous écouter et vous épauler dans vos démarches, en toute confidentialité et bienveillance. 

Merci à Têtu pour ce travail de synthèse qui a servi de base à cet article. 

Photo principale : Libération